Actualités du Cloud

publié le vendredi 19/05/2017

Le data centre est au cœur de l’activité de nombreuses entreprises : il permet d’augmenter leurs capacités de stockage tout en hébergeant et archivant les données. Il faut désormais un data centre intelligent pour supporter les demandes actuelles et les applications telles que l’Internet des Objets (IoT), le cloud, les plateformes as a service, les logiciels à la demande ou d’autres à venir. Au fur et à mesure que les modèles commerciaux évoluent, les data centres sont davantage sollicités.

Les data centres sont-ils préparés au défi qui les attend ? L’âge d’or du .com

Beaucoup d’entre nous se rappellent l’âge d’or du .com, avec ses baby foots et ses technologies innovantes créées par des visionnaires. Parmi ces innovations : le data centre.

 

Dans les années 1990, les data centres étaient des structures physiques dont les limites étaient celles des murs qui les abritaient. La quantité de données que l’entreprise pouvait traiter et stocker était liée au nombre de serveurs installés sur le site. Or, dans une surface donnée, vous ne pouviez y mettre que le nombre de serveurs que vous étiez capables de sécuriser dans cet espace : une limite qui a conduit à la construction de grandes salles de serveurs.

 

Face à ces contraintes, une idée naît : et si nous faisions tomber les limites physiques ? Si nous basculions dans un monde virtuel pour le stockage et le transport de données ?

 

Le cloud

IDC prévoit qu’en 2020, 40% des données numériques seront dans le cloud d’une manière ou d’une autre, soit stockées, peut-être temporairement, soit transformées. Si elles s’affranchissent des limites physiques d’un data centre, avec le cloud et la répartition des données sur plusieurs sites, les entreprises résolvent d’autres problématiques telles que la redondance, la mise à jour technologique ou la rotation des équipes.

 

Aujourd’hui, le data centre a franchi une nouvelle étape en offrant des points de présence économiques aux entreprises. Ces nouveaux data centres donnent accès aux meilleurs services et à la meilleure connectivité possibles avec les principaux fournisseurs de services réseaux, grâce à une innovation appelée la colocation neutre.

 

Evolutivité et colocation neutre.

Selon l’indice Global Cloud de Cisco, 92% des charges de travail totales du Data Center seront gérées dans le cloud en 2020. Avec ce taux de croissance, la demande augmente pour des infrastructures de data centres haute performance, avec des services informatiques évolutifs, fiables et sécurisés. Les entreprises sont en train de repenser leurs besoins et cherchent des solutions utilisant les nouvelles technologies de virtualisation et dans lesquelles elles peuvent avoir confiance. La colocation neutre émerge comme la solution préférée.

 

La colocation neutre est une approche rationalisée et flexible pour le data centre des entreprises modernes. Elle va au-delà de fournir simplement des murs, de l’électricité et un système de refroidissement. Ces nouveaux data centres permettent aux entreprises de fournir des services locaux à leurs clients. La colocation neutre offre une approche collaborative qui répond à des défis tels que le stockage, la bande passante, le coût et l’évolutivité.

 

Concernant l’évolutivité, selon IDC, en 2020, l’univers numérique atteindra 44 milliards de gigaoctets de données liées aux implants médicaux, aux technologies mobiles, aux appareils intelligents (réfrigérateurs, téléphones), etc. Un data centre insuffisamment préparé à gérer ce type de données mettra en péril ses clients en leur faisant subir un temps d’arrêt pouvant nuire à leur performance. En d’autres termes, les fournisseurs de colocation neutre offrent une solution qui peut aider les entreprises à améliorer leur performance.

 

D’un point de vue Sécurité, avant, les entreprises attendaient de leurs data centres qu’ils soient alimentés en électricité et refroidis alors qu’aujourd’hui, elles veulent toutes que leurs données soient sécurisées. Au fil des lois protégeant les informations personnelles, les données financières et de santé, la sécurité des data centres devient de plus en plus importante.

 

La sécurité des data centres s’est renforcée de manière significative.  Il ne s’agit plus de respecter une simple procédure, elle atteint aujourd’hui plusieurs niveaux de protection. Pour de nombreux hébergeurs, il s’agit de mesures avancées couvrant plusieurs couches, comme la reconnaissance par l’iris de l’œil en deux points, une surveillance vidéo en circuit fermé, archivée, et la surveillance 24H/24, 7j/7, 365 jours/an. Ces mesures permettent de garantir que les données des clients sont sécurisées en permanence. Les certifications pour la sécurité physique, le respect de l’environnement et la protection des informations ajoutent une couche de protection.


Conclusion : l’heure est au data centre intelligent

Les data centres ne répondent pas encore à tous les besoins des entreprises. Une enquête révèle que 93% des décideurs informatiques interrogés pensent que le data centre du futur sera piloté à distance, par l’utilisateur, par logiciel. Même si plusieurs options se présentent aux entreprises, le data centre intelligent apparaît comme une solution solide. La facilité d’accès et la flexibilité qu’offrent les data centres intelligents sont incomparables.

 

 

Eric Pernot, responsable Marketing chez Interoute

Mots clefs :

Réseaux sociaux :
Yahoo del.icio.us Digg Twitter Facebook Google